Skip To Content

FUCKING CARL

By Katie Marsh on June 21, 2014

Revue par Katie Marsh
Comédie / 60 minutes

Quand mon conjoint québécois, un homme charmant mais avec une petite touche de classicisme, voit un certain type de personne sur les rues d’Ottawa – peut-être une femme qui a de longues mèches blondes ou un homme avec une casquette et un t-shirt blanc sous une veste en jeans – il dit souvent “c’est clairement un Québécois”. Fucking Carl est une petite vignette de ce type de couple “col bleu”. Bien que fondé sur des stéréotypes, la pièce réussit à les transcender grâce à d’excellents comédiens et une histoire d’amour sincère.

Les deux principaux personnages de Fucking Carl, Jessica et Jason, se conforment à tous les stéréotypes des gens “white trash”: une fille sans père et un jeune chômeur sans ambition qui aiment les festivals de poutine et les rassemblements de “monster truck”. On les rencontre dans un bureau en train d’expliquer leur histoire d’amour pour convaincre des fonctionnaires imaginaires (représentés par les spectateurs) qu’ils peuvent offrir un foyer accueillant pour un enfant adopté. Même si une grande partie de l’humour de la pièce provient des stéréotypes, les personnages sont assez étoffés qu’on n’a jamais l’impression qu’on se moque d’eux.

Le dialogue est rapide, drôle et cru, mais le point fort de la pièce est la performance des deux comédiens, Louis-Philippe Roy et Caroline Yergeau. L’acteur et l’actrice inversent les rôles: Roy joue Jessica, une jeune femme en collants en cuir avec une tête pour les affaires, et Yergeau joue Jason, un des boys pas trop intelligent, mais avec un bon cœur. Cette inversion des sexes donne une petite touche ironique à quelques endroits dans la pièce, mais c’est un témoignage à l’habilité des acteurs que, la plupart du temps, j’oubliais que Roy était un homme et Yergeau une femme. Tous les deux ont su bien adopter le langage corporel et la cadence de l’autre sexe presque parfaitement, et ils ont dépeint de façon crédible un couple profondément amoureux.

En général, Fucking Carl est une histoire d’amour agréable et bien rythmée, qui sait garder notre attention avec sa présentation d’un couple simple et sympathique, bien qu’un peu rude sur les bords. Si vous recherchez une comédie légère mais touchante, allez voir cette pièce.

Fucking Carl par Louis-Philippe Roy & Caroline Yergeau joue à BYOV A – Studio 311 mardi, le 24 juin au 19h00; jeudi le 26 juin au 19h00; vendredi le 27 juin  au 18h00 et 20h00; samedi le 28 juin au 17h00 et 19h00.