Skip To Content

Théâtre : Le dire de Di – Un récit provocateur interprété par Céline Bonnier

By Sous-Sol 819 on January 8, 2017

Par Cindy Savard

Le Théâtre français du CNA débute l’année 2017 en force avec Le dire de Di, une lecture-spectacle d’un texte d’un auteur prolifique bien de chez nous, Michel Ouellette.  Il s’agira d’une deuxième interprétation qui cette fois-ci, sera livrée par la comédienne Céline Bonnier.

L’histoire présente les étapes surprenantes du parcours de Di, un personnage à l’esprit vif et ouvert du haut de ses seize ans qui bientôt, fêtera ses dix-sept années d’existence.

Le dire de Di – sa genèse

Écrit en 2013 à Kingston dans le cadre d’une résidence d’écriture, l’auteur Michel Ouellette souhaitait créer un récit poétique relatant l’histoire d’une jeune fille dégourdie et déterminée.

« Je voulais faire une pièce régulière et à un moment donné j’ai réalisé que je ne voulais pas faire ça. La pièce avait été mise de côté pendant un moment avant d’être ressortie par la suite. Suite à une lecture privée interprétée par la comédienne Annie Richer, ça a confirmé que la pièce avait du potentiel. »

Michel Ouellet souhaitait-il transmettre un message à travers ce récit ?

« Je ne pars pas de l’idée que je veux dire quelque chose. Je pense qu’il y a plutôt quelque chose qui se dit. »

Présenté une fois en août 2015 au Théâtre d’Aujourd’hui lors d’une lecture publique dans le cadre du festival Dramaturgies en Dialogue, Brigitte Haentjens, directrice artistique du CNA, a proposé d’ajouter Le dire de DI à la programmation 2017 du Théâtre français. Il s’agit d’une sélection judicieuse qui s’inscrit dans la palette des performances audacieuses qui seront présentées cette année. S’inscrivant dans ce registre, Le dire de Di renferme des thèmes explosifs qui promettent de faire réagir le public.

Michel Ouellette, auteur prolifique et … Franco-Ontarien !

Cette lecture-performance permet de mettre en lumière le talent de l’auteur Michel Ouellette, artiste reconnu pour ses écrits auxquels il se consacre depuis maintenant trente ans. Ayant produit une quarantaine d’œuvres littéraires dont plusieurs pièces de théâtre qui ont été saluées par la critique dont La guerre au ventre qui a reçu le Prix Michel-Tremblay (2011), Le testament du couturier, récipiendaire du Prix littéraire Trillium (2003) et French Town qui s’est valu le Prix littéraire du Gouverneur général (1994).

Au fil de ses succès, Michel Ouellette s’inscrit dorénavant parmi les créateurs qui ont favorisé l’émergence de l’identité franco-ontarienne.

« J’ai appris à être Franco-Ontarien par le théâtre. À l’époque, dans les Années 70, on se servait du théâtre pour faire la promotion de la culture franco-ontarienne. C’était un outil de promotion identitaire culturel. »

Parmi les œuvres littéraires de l’auteur, Le dire de Di constitue un texte hautement poétique qui est certainement voué à surprendre et questionner les spectateurs qui assisteront à la lecture de ce récit.

« J’aimerais que le spectateur arrive avec rien en tête, avec l’esprit ouvert.

Et voilà, ce n’est pas moi qui le dit, c’est lui!


Mercredi 11 et jeudi 12 janvier à 19 h 30
Lecture-spectacle interprétée par Céline Bonnier à La Nouvelle Scène Gilles Desjardins