Skip To Content
Jean-François Hétu

Théâtre : Dans la solitude des champs de coton – un duel aux multiples interprétations

By Cindy Savard on February 20, 2018

Un duel tranchant et philosophique entre un dealer et son client interprété par les comédiens Sébastien Ricard et Hugues Frenette s’apprête à être débattu sur les planches du Théâtre français du Centre national des Arts cette semaine. Ayant d’abord été présentée à l’Usine C du 23 janvier au 10 février, la pièce a récolté des critiques élogieuses et risque fort de susciter autant d’émoi du côté d’Ottawa. Après La nuit juste avant les forêts et Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès, la metteure en scène Brigitte Haentjens a cette fois-ci choisi de redonner vie au texte du même auteur Dans la solitude des champs de coton.

« Qui d’autre que Koltès comme auteur contemporain pourrait susciter autant l’intérêt d’un metteur en scène ? » – Brigitte Haentjens

Il s’agit indéniablement d’un des auteurs classiques contemporains ayant offert plusieurs œuvres marquantes. Fasciné par Shakespeare, Marivaux, Tchekhov et fervent lecteur de Dostoïevski, ce dramaturge est reconnu pour ses textes denses aux thèmes sombres empreints d’aléas introspectifs et philosophiques.

« Je trouve que même si l’œuvre ne traite pas de choses légères, le seul fait de lui donner vie devant public permet d’en retirer de l’espoir. » – Brigitte Haentjens

Anick La Bissonniere

La symbolique de la confrontation entre deux personnages comme trame de fond se répercutera au sein du public qui sera disposé dans deux gradins qui se feront face. Déclamée sans interruption, cette joute verbale est constituée d’un enchaînement de monologues de haute voltige qui inciteront inéluctablement à des hypothèses diverses quant au sens de cette discorde. Koltès ayant toujours refusé de corroborer quelconque interprétation psychologique ou psychanalytique de ses œuvres, laisse donc l’analyse ouverte, libre à quiconque osera s’y risquer.

« Le défi c’est de rendre ça vivant et faire en sorte que ça communique avec le public. Le théâtre ne passe pas toujours par une intelligibilité, il ouvre le cœur et l’âme comme une peinture peut le faire. » – Brigitte Haentjens

« Des spectateurs m’ont dit que cette pièce leur avait donner le goût de créer et de faire des choses. Pour moi l’important, c’est d’inspirer les gens à se réaliser d’une façon ou d’une autre. » – Brigitte Haentjens

Dans la solitude des champs de coton sera présentée du 21 au 24 février au Centre national des Arts.

« Les souvenirs sont les armes secrètes que l’homme garde sur lui lorsqu’il est dépouillé, la dernière franchise qui oblige la franchise en retour ; la toute dernière nudité. » – Extrait de la pièce de Koltès