Skip To Content
Pour une expérience de front de mer accentuée, on vous propose une promenade de bord de la rivière qui s’étend le long du Parc Bordeleau.

Quatre grandes idées pour le quartier de la Basse-Ville d’Ottawa

By Sous-Sol 819 on May 7, 2018


This article is also available in English.


Écrit par Sarania Dabee et Anissa Alami

Le joyau qu’est la Basse-Ville (Lowertown) se situe au centre-ville et ce quartier reflète un dynamisme qui va bien au-delà de son nom. C’est en se promenant dans les rues du Marché By un vendredi soir, qu’on peut rapidement s’apercevoir de l’ambiance très dynamique qui nous entoure. Pourtant, plus on se dirige vers la Rue St-Patrick, plus les routes deviennent silencieuses et désertes… ce qui fait perdre au quartier le charme qu’on lui avait reconnu au départ. De plus, depuis la séparation du côté Est et Ouest, la transition est quasi-immédiate et la vivacité du quartier se retrouve soudainement perdue. Que s’est-il passé avec le dynamisme que nous procurait le Marché il y a quelque minutes de là à peine?

Le projet

Pour quatre mois, la Basse-Ville est devenu le sujet d’un projet au studio de l’Université Carleton à la Azrieli School of Architecture and Urbanism. Sous la supervision du professeur Roger Connah, un groupe de 20 élèves a complété une étude sur cette communauté et a proposé quatre grandes idées pour revitaliser ce quartier. Présenté à la ville d’Ottawa en décembre 2017, les étudiants ont voulu pousser plus loin les limites du projet.

Le 9 avril 2018, les élèves de deuxième année en urbanisme de l’Université Carleton ont présenté quatre de leurs projets conceptuels à des représentants de la communauté de le Basse-Ville. Les projets furent appréciés et les commentaires fortement positifs. Les idées ont été perçues comme créant des conditions pouvant apporter de la cohésion dans le quartier. Les propositions sont présentées ci-dessous.

Les problèmes

On doit bien comprendre les problèmes pour créer un bon design. Pour créer un meilleur quartier, qu’est-ce qu’on essaie d’améliorer?

Une étude du quartier révèle que la Basse-Ville est divisée le long de l’Avenue King Edward, ce qui de facto a permis à l’autoroute de se rendre au quartier. Ceci sépare le quartier en deux, entre six voies de circulation. L’espace appartient aux véhicules, et non aux gens, et la difficulté d’accès mène à une négligence du quartier.

Les étudiants ont identifié un certain nombre d’enjeux prioritaires:

  • transport en commun irrégulier
  • longue attente aux traverses piétonnes sur l’Avenue King Edward
  • stationnements vides, qui paraissent menaçants la nuit
  • logements sociaux qui manquent de maintenance
  • manque de sentiment d’appartenance envers le lieu

Les étudiants étaient préoccupés par le manque de vision officielle pour le future de la Basse-Ville. Où sont les idées liées à l’urbanisme qui changent la donne? Malgré son emplacement central et son importance historique, la Basse-Ville est un peu hors des sentiers battus. La plupart des investissements sont réalisés par des promoteurs privés, et nous voyons rarement des initiatives de revitalisation favorables aux communautés.


1. Le Prado

“Le Prado de Ottawa” que les étudiants suggère d’implanter, constitue un trottoir de bois sur un espace qui occuperait la médiane de l’Avenue King Edward. En réaffectant l’utilisation de deux des six voies de circulation, un environnement piétonnier sera ainsi créé pour relier la rue Rideau à la berge de la rivière. Des carrefours seraient aussi créés à intervalles réguliers pour permettre l’accès facile aux piétons et aux voitures. Par contre, en hiver, la promenade serait plus appropriée au ski de fond. On vous propose ci-dessus une vidéo suggérant un avant-goût de la conception.

Concept de Catherine Dela Cruz, Celeste Correia, Jaron Kasiban, Anissa Alami Merrouni, Madelaine Snelgrove, Nadisha Wanniarachchige.


2. Gateway Bridge

L’intensité de la circulation représente aujourd’hui un réel problème sur l’Avenue King Edward et l’intégration d’un passage pour piétons sur cette avenue est difficile à imaginer. La proposition serait d’ajouter un viaduc pour piétons et cyclistes, construit sur cette avenue afin de faciliter leurs déplacements. Ce pont devrait aussi servir de référence visuelle à l’entrée de la route 5 aboutissant à Gatineau, et ainsi créer l’effet de la fin de l’autoroute et inviter le regard à découvrir le quartier de la Basse-Ville. Ce changement de configuration pourrait permettre de réduire la vitesse de la circulation, entraînant des retombées positives pour les devantures et les résidences le long de la route. À titre d’exemple, le Gateway Bridge deviendrait un symbole et fournirait une passerelle semblable à l’arche dans le Chinatown.

Concept de Ramon Renderos, Sam Waigango, Razi Sasikaran, Sarania Dabee.


3. La Promenade Riverside

Pour une expérience de front de mer accentuée, on vous propose une promenade de bord de la rivière qui s’étend le long du Parc Bordeleau. Cette promenade en elle-même aura plusieurs points d’intérêts et la plate-forme que nous proposons permet l’intégration de design vraiment intéressants. Elle est conçue de telle sorte qu’elle peut être préfabriquée et installée sur place. La proposition prévoit aussi de reconstruire le pont historique de chemin de fer, afin de relier le Parc Bordeleau et le Parc Stanley, créant ainsi une grande zone de loisirs. On vous propose ci-dessus une vidéo de la conception.

Concept de Julius Puttkammer, Waise Sahel, Cheshta Lalit, Hayden Lemaire.


4. Tour de Friel et Le toit Loblaws

Les tours Friel hébergeant des logements sociaux offrent une image brutaliste dont les perspectives et sensations demandent à être revues et modernisées. Avec le temps, ces bâtiments dotés d’un design unique et jouissant d’un emplacement de premier choix, sont devenus une référence de l’architecture dans le secteur de la Basse-Ville. Cette structure délabrée pourrait être revitalisée grâce à un nouveau travail de peinture et de réparation de béton. En plus d’être simple et rentable, repeindre ces bâtiments aurait le pouvoir de changer la façon dont ils sont perçus. Le Friel, tout comme Le Centre national des Arts viendront à l’esprit quand les gens évoqueront « le nouveau brutalisme ». Pour compléter la restauration du bâtiment, il est proposé de réutiliser le toit de l’épicerie Loblaws. Cette grande surface plate a beaucoup à offrir et pourrait par exemple, héberger un terrain de football et un café pendant les périodes chaudes. Les résidents des logements sociaux avoisinants pourraient même se voir donner un accès privilégié à ce nouveau lieu de loisir. Il serait même possible d’envisager la construction d’une promenade derrière l’épicerie, avec une rampe qui mènerait au nouvel espace vert sur le toit de Loblaws.

Concept de Jeremiah Manglit, Lenz Kersting, Aileen Duncan, Jay Patel.


© Tous les designs et la propriété intellectuelle appartiennent aux étudiants du cours de ARCU3150 Principles of Urbanism, conçus à l’automne 2017 à l’Université Carleton.


Advertisement: