Skip To Content

Le Projet D : l’art de défier les conventions

By Sous-Soll 819 on March 4, 2017

Publicité:
    

Par Cindy Savard

Récipiendaire du Prix Jacques-Poirier-Outaouais 2017 pour son livre Pour l’hiver, Lisa L’Heureux connaît présentement un succès éclatant. À titre d’auteure associée au Théâtre du Trillium et directrice artistique du Théâtre Rouge Écarlate, elle s’est cette fois-ci lancée dans la mise en scène et la direction artistique d’un projet fou, celui où elle s’est contrainte à renverser ses propres conventions aussi bien que celles de ses collègues qui l’ont suivie dans l’élaboration du Projet D, un spectacle que nous pourrons voir du 8 au 11 mars à La Nouvelle Scène.

Défier l’ordre établi

Rien de mieux qu’un déséquilibre pour retrouver le goût du risque ! L’idée de bousculer le processus créatif inhérent à chacun des membres de l’équipe a permis d’aborder ce projet en demandant à John Doucet d’imaginer d’abord l’univers scénique pour ensuite se lancer dans la rédaction du texte. Il s’agissait donc de partir de la matière plutôt que d’une thématique. Brillante idée !

« C’est important en tant qu’artiste de chercher à se dépasser et à se mettre en danger mais en même temps on n’a pas d’acquis, on découvre plein de choses positives et négatives. On ne sait pas comment les éléments vont réagir. »   – Lisa L’Heureux

Un tryptique « contaminé »

Ont pris part à cette aventure trois auteurs aux imaginaires complètement différents, ceux d’Antoine Côté Legault, Mishka Lavigne et Annie Cloutier, tous membres du collectif Les Poids Plumes. Trois histoires indépendantes ont été élaborées pour ensuite, les aborder afin de former un tout continu. Bien que le ton et le style de chaque morceau appartenait à chaque auteur, il y a eu contamination des idées pour créer un spectacle fluide. Le résultat présente un spectacle qui s’avère envoûtant et troublant, mélangeant gratte-ciel, disparition et bain moussant !

Abstract architecture, empty concrete room interior with opening in ceiling, 3d illustration, blue sky background

Le Projet D : L’art de juxtaposer trois récits

Dans Vigile de Mishka Lavigne, l’auteure a exploré l’art du monologue. L’histoire se déroule dans un univers fantomatique qui implique une maison humide, une chambre-musée au bout du couloir, des cachettes et un vieux garage humide.

Dans Reviens, mon lapin, Annie Cloutier s’est donné le défi de créer de l’absurde. L’histoire relate les pensées sombres d’une auteure à succès qui se trouve coincée dans sa propre vie. Condamnée à vivre, elle devra faire face au pire, sans le meilleur.

– Et au-delà des gratte-ciel a permis à Antoine Côté Legault de s’intéresser à une rencontre improbable de deux femmes que tout semble opposer. Leurs chemins se croisent dans la noirceur marécageuse de la nuit, sur le toit d’un building où elles se sont toutes deux réfugiées.

Quant à l’interprétation, les comédiens Alain Lauzon, Chloé Tremblay et Maxine Turcotte ont pris part au jeu, ils ont défié leurs propres conventions pour adapter leur performance à ce qui leur était intrinsèquement inconnu.

Contribution volontaire

Puisque toute création originale implique des coûts et qu’il est long le chemin à parcourir avant que les artistes puissent vivre pleinement de leur métier, une campagne de financement a été mise sur pied afin d’inciter à la contribution volontaire à ce projet exploratoire et ô combien rafraîchissant.


Le Projet D sera présenté du 8 au 11 mars 2017 à 19 h 30 au Studio B de La Nouvelle Scène Gilles Desjardins.

Advertisement: