Skip To Content
@Julie Charland @Jean-François Hétu

La Bibliothèque-interdite : un opéra-tango intimiste et poétique

By Sous-Sol 819 on December 3, 2017

Par Cindy Savard

Parmi les performances théâtrales à ne pas manquer cette semaine, en voilà une qui ressort du lot avec puissance, il s’agit de La Bibliothèque-interdite, une œuvre-cabaret dans laquelle Sébastien Ricard incarne un poète idéaliste inspiré par le grand écrivain argentin Jorge Luis Borges. Plongés à Buenos Aires en 1941, à l’époque de la censure où la voix des artistes réfractaires au régime autoritaire du gouvernement Juan Perón était réprimée, les spectateurs seront témoins d’une ère plus ou moins révolue où les revendications politiques pourraient nous sembler encore aujourd’hui bien familières.

@Jean-François Hétu

L’idée de La bibliothèque interdite prit forme dans la tête du compositeur-interprète Denis Plante, un artiste reconnu pour la singularité de l’univers du tango contemporain auquel il a donné vie au cours des dernières années. Née du désir de rendre accessible le tango argentin au grand public, cette performance a été construite sur mesure afin de juxtaposer cette forme d’art à celle du théâtre, vecteur qui lui permettait de mettre en lumière un pan de l’histoire qu’il voulait raconter.

« J’avais l’intention d’écrire une œuvre totale dans l’univers du tango. Ça fait 20 ans que je m’intéresse à cette musique et je cherchais une façon de faire découvrir cette culture- là au grand public. Je m’intéressais à l’époque de la Décennie infâme des Années 1930-40 où la montée du fascisme en Argentine a connu son apogée. Beaucoup d’attaques contre les artistes et contre la liberté de presse ont été commises. C’est aussi une époque aussi où le tango a connu ses meilleurs moments. Le tango ayant d’abord été perçu comme un art mineur, est devenu la musique populaire que les gens écoutaient. »

La bibliothèque-interdite, l’aboutissement d’une incubation

Bien que cette pièce ait été mise en scène et en bouche par Sébastien Ricard et Brigitte Haentjens, Denis Plante s’est inspiré de l’œuvre de Jose Luis Borges Denis Plante pour initier ce projet original qui a mis plusieurs années à prendre vie.

« Je suis tombé dans l’œuvre de Borges et c’est au Festival de littérature de Québec en toutes lettres en 2010 que j’ai constaté le talent de Sébastien Ricard. J’ai vu une opportunité se présenter afin de réaliser mon projet et je lui ai proposé d’en être le comédien principal.  Sur une période de quatre ans, je lui ai envoyé des extraits de l’œuvre et c’est à partir du matériel accumulé que j’ai écrit La Bibliothèque-interdite en 2014. »

Des compositions sur mesure pour cet opéra-tango intimiste

Composées par Denis Plante, les pièces musicales interprétées en formule live pendant le spectacle se retrouvent sur l’album Tango boréal, œuvre remarquée l’année dernière et nominé à l’ADISQ dans la catégorie album de l’année – Musique du monde.  Certes, l’une des forces principales de ce spectacle réside dans l’atmosphère musical créé par le petit orchestre de tango dont font partie Francis P. Palma à la contrebasse, Mathieu Léveillé à la guitare et Denis Plante au bandonéon, instrument essentiel du tango argentin avec lequel il a performé à travers les années pour devenir une figure incontournable du bandonéon au Canada. À travers le temps, Denis Plante à joué parmi des grands tels que André Gagnon, Gilles Vigneault, Diane Dufresne et René Claude.

@Jean-François Hétu

20 tableaux, 13 monologues

Bien que l’originalité de ce projet réside dans sa capacité à éveiller les publics à la culture musicale de l’Argentine, force est d’admettre sa communion avec le texte interprété par nul autre que Sébastien Ricard, reconnu pour sa fougue et sa capacité à déclamer des textes avec ressenti et puissance. Le comédien qui occupe le rôle principal, se conjuguera à l’univers musical afin d’incarner un poète subversif qui sera embauché comme concierge dans la bibliothèque interdite. Son histoire sera présentée à travers une série de 20 tableaux agrémentée de 13 monologues tous inspirés tant de l’histoire de Borges que de la réalité d’autres grands poètes de l’époque victimes de répression et de censure.

Jouée pour la première fois en décembre 2014, la pièce qui sera présentée sur les planches du Centre national des Arts constitue une mouture retravaillée : « Le public aura accès à la version la plus léchée jusqu’à présent ».


La Bibliothèque-interdite sera présentée du 6 au 9 décembre à 20 h au Studio Azrieli du Centre national des Arts. Une supplémentaire s’est ajoutée le samedi 9 décembre à 16 h.