Skip To Content
À droite : Amir Amiri - Sonorités persanes À gauche : Spectacle de cirque - Cuisine et confessions

Festival Scène Canada 2017 : un programme riche… trop riche ?

By Cindy Savard on April 17, 2017

Par Emmanuel Goffi

Pour la huitième fois depuis 2003, le Centre national des Arts proposera son Festival Scène du 15 juin au 23 juillet.Pendant près de six semaines ce seront 1 000 artistes qui viendront présenter quelques 100 évènements culturels au public de la région. De quoi passer un bel été. À condition de ne pas se perdre dans une programmation pléthorique !

SceneCanada5La scène culturelle canadienne comme moteur, la pluridisciplinarité comme philosophie

Encore une fois le CNA frappe fort : un millier d’artistes vont partager leurs œuvres avec le public de l’Outaouais et au-delà. Au menu du Festival Scène Canada cette année, une série de festivités autour de la musique, du théâtre, de la danse, des arts visuels et médiatiques, du cinéma, du cirque ou encore des arts culinaires. Pour fêter le 150ème anniversaire du pays et l’ouverture des portes du Nouveau CNA, les organisateurs de Scène Canada ont vu grand.

Créé en 2003, pour valoriser la scène artistique et culturelle canadienne, le Festival Scène se propose, tous les deux ans, de braquer les projecteurs sur des artistes connus ou à connaitre venant de tous le pays. Après son volet atlantique en 2003, l’Alberta (2005), le Québec (2007), la Colombie-Britannique (2009), le Nord (2013) et l’Ontario (2015), le Festival Scène Canada s’installe donc en terre Outaouaise pour notre plus grand plaisir. Le caractère pluridisciplinaire du Festival permet d’offrir au public un aperçu de la diversité et de la richesse de la scène artistique et culturelle canadienne contemporaine. Véritable porte ouverte sur les arts, il offre un nombre impressionnant d’évènements gratuits.

Ainsi, Scène@6 propose un concert gratuit par jour à 18h du 2 au 23 juillet dans le nouvel Atrium du CNA, qui sera inauguré le 1er juillet. L’offre est généreuse, en quantité et en qualité, et hétéroclite pour combler un large public. On retrouvera entre autres, le 10 juillet, Miguel de Armas, talentueux pianiste de jazz d’origine cubaine installé à Ottawa ; William Prince, guitariste et chanteur de Winnipeg issu de la Première nation de Peguis, dont la musique très douce se marie à la perfection avec sa voix de baryton ; mais aussi Lennie Gallant ; le duo folk-pop Fortunate Ones ou encore Sarah MacDougall avec sa voix qui ressemble à s’y méprendre à celle de Béatrice Martin du groupe Cœur de Pirate. Bref de quoi s’occuper durant 39 belles soirées !

Dans le même temps, pluridisciplinarité oblige, des ateliers d’artisanat nordique seront proposés du 19 au 22 juillet. D’une durée d’une demie ou d’une journée entière, ces ateliers nous feront découvrir les travaux d’artistes visuels soucieux de partager leurs savoir-faire traditionnels et leurs cultures. Avec des ateliers de sculpture sur pierre de savon, de confection de poupées traditionnelles, de fabrication de boucles d’oreilles en piquants de porc-épic ou de panier en écorce de bouleau, la tradition se veut plurielle et surprenante. En marge des ateliers se tiendra le Marché des artisans nordiques, du 19 au 22 juillet, dans le Salon du CNA.

Enfin le Festival présente une programmation pour le moins éclectique, dans laquelle chacun trouvera son bonheur, à condition de prendre le temps de le chercher.

Quelques suggestions…

De notre côté nous avons sélectionnés quelques spectacles qui pourraient vous donner des idées :

  • 17 juin , 20h : l’opéra Louis Riel, nouvelle version de l’œuvre de Harry Somers composée il y a 50 ans, chanté en français, en anglais et en langue cri. Coproduit avec la Compagnie d’Opéra Canadienne.
  • 18 juin 19h : le spectacle Réflexions sur la vie à Luminato, qui revient en quatre œuvres et en musique (spectacle symphonique accompagné de projections d’images vidéo, de photos et d’illustrations graphiques) sur les vies de Roberta Bondar, Rita Joe, Alice Munro et Amanda Todd.
  • 25 juin, 14h : Marche pour une nouvelle accessibilité, évènement gratuit organisé par Carmen Papalia pour « contester le modèle actuel d’accessibilité ».
  • 7 et 8 juillet, 19h, 8 juillet 14h : spectacle de cirque avec Cuisine et Confessions du cirque montréalais Les 7 doigts de la main.
  • 12 juillet, 19h30 : l’excellent auteur-compositeur-interprète montréalais Rufus Wainwright se produira avec l’Orchestre du Centre national des Arts.
  • 14 juillet, 20h : la chorégraphe et danseuse Marie Chouinard avec une nouvelle pièce Jérôme Bosch : Le jardin des délices, titre tiré du nom de l’immense triptyque du peintre néerlandais Jérôme Bosch, peint à la fin du 15ème siècle. L’œuvre de Marie Chouinard « explore le concept de la tentation et les dangers de la liberté totale ».
  • 16 juillet, 19h30 : Sonorités persanes : Les maîtres de la nouvelle musique canadienne. Amir Amiri, joueur de santoor (instrument iranien à cordes frappées de la famille des cithares) réuni des musiciens canadiens originaires de Perse pour célébrer les richesses musicales de l’Iran au Canada.
  • 19 juillet, 20h : Une Nation de Nations, projection de 10 courts-métrages autochtones en forme d’« expressions artistiques de souveraineté » et de « revendications d’une place pour chacune des centaines de nations qui composent l’état-nation du Canada ».
  • Enfin, à ne pas manquer le 1er juillet : une journée de spectacles totalement gratuits à l’occasion de la fête du Canada et de l’inauguration du nouvel atrium du CNA.

On le voit au travers de ces quelques exemples, Scène Canada sera LE festival à ne pas manquer cet été.

Trop d’évènements tue l’évènement

Petit point noir cependant, une offre par trop pléthorique peut devenir indigeste. Lors du dévoilement du programme du festival le 4 avril, la liste à la Prévert des festivités nous avait déjà inquiétés. Égaré dans le dédale d’un programme dense, nous avions perdu le fil rapidement. L’immensité océanique de cette programmation, qui est par ailleurs fort louable dans l’intention, a pour inconvénient, dans sa réalisation, de rebuter dès lors qu’il s’agit de faire le tour des offres pour choisir un spectacle.

Le site Internet est à l’image du programme : complexe, alambiqué, tentaculaire. On s’y perd, même s’il faut admettre que les informations que l’on y trouve (après de longues minutes d’efforts !) sont particulièrement utiles et intéressantes. En plus des traditionnelles dates, lieux et heures, les descriptifs accompagnés de vidéos, permettent de se faire une idée plus précise de chaque spectacle.

Pour autant, la volonté de diversifier l’offre pénalise la lisibilité de l’ensemble qui parait manquer de cohérence. Il faut être un passionné de culture ou avoir beaucoup de temps à perdre pour s’aventurer sur le site à la découverte du programme.

Dommage que ce manque de clarté et de facilité dans la navigation du site viennent gâcher le plaisir.

Mais soyons positifs, et faisons contre mauvaise fortune bon cœur ! Les petits détails techniques ne nous empêcheront pas au final de profiter de cette belle opportunité culturelle qu’est le Festival Scène Canada. Haut les cœurs ! Ne nous laissons pas impressionner par le flot d’information, et plongeons-nous avec gourmandise et avidité dans les méandres culturels du programme proposé par le CNA.


Le Festival Scène Canada se tiendra principalement au Centre national des Arts du 16 juin au 23 juillet 2017.

Advertisement:
 
Advertisement:
 
Advertisement: