Skip To Content

Diane Provost expose au Centre culturel d’Orléans : une petite salle pour une grande artiste

By Sous-Soll 819 on February 10, 2017

Publicité:
    

Par Emmanuel Goffi

Comme tout art, l’art pictural est fait d’une double rencontre. D’une part celle d’une technicité et d’un talent. D’autre part, d’un(e) artiste et d’un public. À n’en pas douter Diane Provost l’a parfaitement compris.

Une œuvre technique qui se partage

Son œuvre, qui associe différentes techniques, dont le travail de l’encaustique, du pastel ou de l’acrylique, mais également la gravure ou encore le collage, se double d’un véritable talent de l’artiste en matière de jeux de couleurs, de motifs et de textures.

« Je travaille avec l’encaustique (…) J’aime beaucoup travailler avec les papiers japonais, j’aime travailler avec le plâtre, j’aime intégrer de la rouille parfois que j’ai trouvé dans la rue, qui a été travaillée parce que les autos sont passées dessus, ça ressemble à de la dentelle. »

Qui plus est, l’artiste affiche avec enthousiasme son envie, voire son besoin, de partager son expérience. Si l’art abstrait peu laisser certains observateurs perplexes, je les invite néanmoins à se laisser porter par la poésie qui se dégage des tableaux de Diane Provost et à faire le trajet jusqu’à Orléans pour la rencontrer. Peut-être comme elle verrez-vous le figuratif se dessiner en filigrane.

« Mes œuvres sont abstraites mais j’y vois toujours quelque chose de figuratif à l’intérieur. Il faut juste chercher. »

L’inspiration de l’eau, l’émotion de la profondeur

Passionnée par l’eau, comme elle nous le confiait en entretien sur CHUO 89.1 FM, Diane Provost a choisi d’engager non pas un, mais des Dialogues avec la mer. Ce sont ces échanges qu’elle propose de partager avec nous.

IMG_20170203_1934174Originaire de la belle province, Diane Provost est installée, pour notre plus grand plaisir, en terres ontariennes et plus exactement à Smith Falls où elle a son atelier. Une bonne occasion de s’intéresser à sa peinture et à ses techniques complexes, mais surtout de souligner la richesse artistique de la région.

Artiste locale certes, mais qui a tout de même été exposée à New York, à Montréal et dans plusieurs galeries en Ontario et au Québec. Riche de sa passion pour son art, de sa volonté de le partager et d’une formation pluridisciplinaire, Diane Provost produit des tableaux originaux notamment en raison de l’apport de la gravure :

« Il y a des techniques que j’ai apprises en gravure que j’ai transporté dans mes peintures. »

Cet apport donne de la profondeur aux œuvres. Profondeur n’est pas ici à entendre au sens philosophique du terme, bien que l’observation de ces tableaux invite à la méditation plongeant le spectateur séduit dans une profonde réflexion et un torrent d’émotions.

Par « profondeur », j’entends le fait que son travail est construit, non pas en deux mais en trois dimensions. Les reliefs apportés par le travail à l’encaustique ou les collages ajoutent indéniablement au charme de l’image, et, associés à l’agencement des couleurs, attirent tant l’œil que la main. Une envie donc de contempler ces tableaux sur bois, mais également de les toucher. Invitation au contact physique vient contester la tradition consistant à mettre une distance respectueuse entre l’œuvre et le public.

Particularité également, les peintures de Diane Provost peuvent (et doivent !) être observées tant de loin que de près. De loin, on sera séduit par une polychromie à la fois douce et énergique qui rappelle les variations de couleurs des lacs, rivières et autres mers qui inspirent l’artiste. De près, on ressentira les ondulations de l’eau, les vagues qui se forment et se dessinent sur la surface du bois, le mouvement lent mais sûr de l’élément aquatique.

On pourrait multiplier les qualificatifs soulignant le talent de l’artiste et la qualité de son travail. On pourrait tout autant se IMG_20170203_1939515perdre en compliments et en superlatifs, mais rien ne vaut un passage par la Galerie d’art Eugène-Racette du Centre culturel d’Orléans. Les tableaux de Diane Provost y seront exposés jusqu’au 28 février. Ils parleront d’eux-mêmes. Pour apprécier une œuvre rien de tel qu’une rencontre avec son auteur. Aux Dialogues avec la mer, Diane Provost ajoutera avec un plaisir non feint, de passionnants « dialogues avec le public ». A ce titre, profitez de l’occasion offerte par l’artiste de la rencontrer et de bénéficier d’une démonstration de son art le 22 février à partir de 13h toujours au Centre culturel d’Orléans. Une opportunité pour les petits et les grands, les amateurs éclairés er les novices de voir l’envers du décor, de voir l’artiste à l’œuvre. Gageons qu’à l’image des enseignants qui ont su lui inspirer cette passion, elle la transmettra à son tour à son public.

En attendant, et pour se convaincre définitivement du talent de Diane Provost, faites un tour dans sa galerie virtuelle.


Diane Provost, Dialogues avec la mer – Exposition d’art visuel jusqu’au 28 février à la Galerie d’art Eugène-Racette du Centre culturel d’Orléans.

Rencontre avec l’artiste le 22 février à partir de 13h. Réservez vos places par courriel à info@mifo.ca, par téléphone au 613-830-6436 (poste 204) ou en personne à la réception du MIFO.